Vous êtes ici

Arras a toujours été une terre de sport

Publié le

05/09/2022 - 11:07

Brahim Mechmache est étudiant en Master 2 à l’UFR STAPS de l’Université d’Artois située à Liévin. La Ville et l’Office des Sports lui ont proposé de travailler sur l’histoire du sport arrageois notamment pendant la Grande Guerre. Un travail de titan que Brahim a mené pendant de longs mois, qui s’est finalisé par un mémoire, et qu’il nous commente.

L’origine du projet

« Ce sont mes directeurs de mémoire, Williams Nuytens et Stanislas Frenkiel qui m’ont vivement conseillé de répondre à cette commande. Je tiens à remercier, Alexandre Pérol et Grégoire Duvant ainsi que Arnaud Waquet, enseignant chercheur à l’Université de Lille pour son expertise, ainsi que l’investissement et la bienveillance du personnel de l’Office des Sports, ou encore Laurent Wiart, Alain Jacques et Alain Triffaut qui ont apporté une plus-value importante au manuscrit, grâce à leurs archives personnelles. »

Les premières recherches

« J’ai lu un certain nombre d’ouvrages et d’articles scientifiques sur l’histoire de la Première Guerre mondiale, l’histoire du sport également, mais aussi l’histoire d’Arras au cours de la Grande Guerre, en m’attardant sur ses sportifs. » Dans un second temps, Brahim a dépouillé une multitude d’archives à la médiathèque de l’Abbaye Saint-Vaast à Arras, aux archives départementales de Dainville, sur le site internet de la Bibliothèque Nationale de France ou encore au Musée national des sports à Nice. « Tous ces déplacements et toutes ces consultations m’ont permis d’identifier les noms de dizaines de soldats sportifs passés par la cité artésienne entre 1914 et 1918. Les connaissances pointues de notre réseau ont ensuite permis d’ajouter plusieurs noms. » Brahim Mechmache a ensuite recentré son travail pour dégager une liste dix soldats qui ont particulièrement attiré son attention.

Des grands noms

De cette recherche, Brahim Mechmache a retenu, par ordre alphabétique, le poloïste britannique Issac Bentham, le coureur français Joseph Caulle, le rugbyman et ancien capitaine du XV de France Marcel Communeau, le nageur mancunien Percy Courtman, l’emblématique cycliste François Faber, le footballeur britannique Richard Haker, le rugbyman français Marcel Legrain, le buteur tricolore Eugène Maës ou encore les rugbymen écossais Albert Wade et John Will. « J’ai rédigé une notice biographique pour chacun d’eux. Elles sont consultables dans mon mémoire.»

Des surprises, des découvertes

En temps qu’apprenti historien du sport, Brahim a découvert que les archives pouvaient apporter de nombreuses surprises. « J’ai appris beaucoup de choses sur l’histoire de la Première Guerre mondiale, mais aussi sur l’histoire du sport, sur l’histoire d’Arras. »  Il a pu aussi s’apercevoir de l’importance de la Grande Guerre de l’autre côté de la Manche. « Je suis tombé sur un tweet sur la page du FC Liverpool commémorant l’anniversaire de la disparition de deux de leurs anciens joueurs, décédés pendant la première guerre ». Il s’agit de l’Ecossais David Murray, tué à Loos-en-Gohelle en décembre 1915, et de l’Irlandais Donad Sloan abattu près d’Arras le premier jour de l’année 2017.
Brahim Mechmache a également porté un regard sur le bataillon de Middlesex. « Il a été créé le 15 décembre 1914 à l’initiative du War Office. Ce bataillon est formé d’une écrasante majorité de footballeurs qui évoluaient dans le club londonien de Clapton Orient (devenu désormais Leyton Orient). S’il a changé de nom, il n’a pas cessé de rendre hommage à ses soldats disparus en portant le blason du Footballer’s Battalion sur son maillot jusqu’en 2015. »

Zoom

Le footballeur Eugène Maës, soldat de la Grande Guerre, et qui a combattu sur notre territoire, est un personnage particulier de par son histoire. Il est né à Paris le 15 décembre 1890. Son mètre quatre-vingt-huit met en évidence ses qualités de buteur. Il fait les beaux jours du Red Star, mais aussi de l’équipe de France.Il est d’ailleurs un des rares joueurs français à compter plus de buts que de sélections, puisqu’il a scoré à quinze reprises en onze sélections.  Il est également le premier joueur de l’équipe de France à inscrire un quintuplé avec les Bleus, c’était le 20 avril 1913. Il était certainement loin de s’imaginer alors que c’était son dernier match en bleu. La guerre se déclare, Eugène part au front, et est blessé à plusieurs reprises, mais il survit. Après la guerre, il se marie à une Caennaise et joue sous les couleurs du Stade Malherbe de Caen jusqu’à l’âge de quarante ans. Il ouvre même une école de natation dans cette ville. Mais voilà, le couple va être rattrapé par la deuxième guerre mondiale. Le 21 juin 1943, Eugène Maës est arrêté pour « propos anti-allemands » Il est emmené en déportation et meurt le 30 mars 1945. « Sa mort tragique a retenu mon attention car il a connu les deux conflits mondiaux sans mourir en France. Il décède en Allemagne après les accusations d’une de ses compatriotes. »

Ajouter un commentaire

contact

Contactez-nous

Une question, remarque, ou suggestion ?
Ecrivez-nous !

Envoyez-nous un message

Mairie d'Arras

Place Guy Mollet
BP 70913 - 62022 ARRAS Cedex

Du lundi au vendredi :
8h-12h15 et 13h45-17h (18h le mercredi)
Le Service Etat Civil est fermé le jeudi matin
 

Allo Mairie
Votre Mairie joignable
7J/7 - 24H/24

Renseignements, démarches administratives, propreté, voirie, éclairage public, incivilités, dégraffitage